L'actu du collège, Les mots pour le dire

Les collégiens de Dreux en Grand débat avec la préfète d’Eure-et-Loir

16 Avr , 2019  

Six élèves de la classe média du collège Louis-Armand font des propositions dans le cadre du Grand débat national. La préfète, Sophie Brocas, accepte de recevoir officiellement le cahier de leurs idées. « On s’est senti vraiment citoyens  à part entière ».

Il y a des jours qu’on n’oublie pas. Le mercredi 3 avril 2019 fera partie de ces jours qui resteront dans la mémoire des six élèves de la classe média du collège Louis-Armand de Dreux. Ce jour-là, on est six en compagnie de Sandrine Dupuis, notre principale, de nos professeures Leila Enouski et Marine Bouchard. On quitte le quartier des Bâtes, on quitte Dreux, pour aller à la préfecture, à Chartres.

La remise officielle des propositions par Imane et Shanna

 

Nous sommes reçus par Sophie Brocas, la préfète d’Eure-et-Loir, dans le cadre du Grand débat national. Nous venons lui remettre le cahier de propositions que l’on a élaboré, avec Valérie Beaudoin, journaliste à L’Echo Républicain, dans le cadre de la classe média et du travail que l’on mène sur les valeurs de la République, la laïcité et les sujets d’actualité.

Un bâtiment chargé d’histoire et impressionnant

Pas un d’entre nous n’a eu l’occasion d’aller à la préfecture. encore moins à l’hôtel Ligneris où ont lieu les cérémonies officielles et, on l’apprendra au cours de la visite, se trouvent les appartements privés de la préfète.

Le lieu est vraiment grandiose, le bâtiment chargé d’histoire est impressionnant. Béatrice Tanguy travaille au cabinet de la préfète. C’est elle qui nous accueille et nous conduit dans une grande salle de réunion. Le stress commence à monter, on reste un peu figé en attendant l’arrivée de la préfète, les consignes des professeurs défilent dans nos têtes : être corrects, rester debout jusqu’à ce qu’on nous invite à nous asseoir, le plus dur sera de prendre la parole en public.

Soudain, nous ne sommes plus de simples collégiens mais aussi des citoyens

Surprise : Evelyne Mège entre dans la pièce en compagnie d’une collaboratrice. La directrice académique de l’Education Nationale est invitée à participer à la rencontre. La préfète arrive, à son tour, avec sa directrice de cabinet. Elle est souriante, élégante dans une robe de velours bleu nuit, notre anxiété s’efface au fil de la rencontre. Dès les premiers mots, on se rend compte que nos interlocutrices sont très à l’écoute. Une vraie discussion s’installe entre elles et nous, elles écoutent nos propositions, la préfète les commente. Soudain, nous ne sommes pas de simples collégiens mais aussi des citoyens.

http://www.lechoquartiers.fr/2019/03/13/les-collegiens-de-louis-armand-font-leur-grand-debat/

Elle en prend même l’engagement : Nos propositions seront remises au ministre de l’Education et au ministre de l’Intérieur.  Notre travail prend tout son sens. Jusqu’à présent, la politique, les débats d’actualité ne faisaient pas partie de notre univers. L’expérience de la classe média nous ouvre d’autres horizons. Mais, cette rencontre du mercredi 3 avril nous fait franchir un cap : nos idées seront gravées dans l’histoire de la République. Juste un peu de vertige avant de se dire que cela valait le coup de sacrifier un mercredi après-midi pour découvrir la préfecture et rencontrer la préfète.

Maxime Gontier, Chahinez Bentatou, Imane Ben Abbou et Oumaima Zehiar

, , , , ,

By



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *