Les mots pour le dire

Les lettres des collégiens de Louis-Armand à Latifa Ibn Ziaten

7 Fév , 2019  

C’est toujours un événement émouvant, très attendu et qui laisse des souvenirs longtemps : la venue de Latifa Ibn Ziaten auprès des jeunes est toujours un grand moment. Le collège Louis-Armand n’échappe pas à la règle. Lors de sa venue le mardi 22 janvier 2019 à la rencontre des collégiens de troisième, il y a eu des échanges intenses, riches, des sourires, même des larmes. Le courant passe entre la mère d’Imad, soldat assassiné par Mohamed Merah, et les adolescents des cités drouaises. Après cette journée mémorable, ils sont nombreux à avoir écrit des lettres de remerciements à la présidente de l’association Imad (pour la paix et la jeunesse).

Latifa Ibn Ziaten et Leïla Enouski, la professeure qui a organisé la rencontre,  se voient pour la première fois

 

  • Par Ad-Vitam Ngambe : Latifa ! Vous êtes une femme exemplaire,

          Votre expérience transmet des choses élémentaires.

           Une mère courageuse qui mène des combats

           Pour apporter un message touchant qui change les pensées, les actions indignes des personnes.

           Vous êtes une femme qui pardonne avec cœur

          Sans remettre en question ce pardon accordé au tueur.

         Vous venez vers des jeunes qui se sentent perdus

         En leur apportant confiance et vertu.

         Vous dites ne jamais nier vos origines,

         Quelle que soit la couleur de la peau et la religion.

         Votre lumière charismatique éloigne tout désespoir.

          Vous êtes plus qu’une femme, plus qu’une mère,

          Votre personnalité altruiste est stupéfiante.

         Votre ambition pour partager votre message porte ses fruits.

          S’il fallait créer une devise, quelle serait la vôtre ?

  • Par Reyana Bongho : madame Ibn Ziaten, je tenais à vous remercier de votre présence dans notre collège. En vous attendant, on a regardé votre film, c’est tellement fort en émotion. Quand je vous ai vu entrer, je me suis mise à pleurer, je vous ai trouvée tellement forte, belle, quand vous avez raconté votre histoire, j’étais tellement émue, j’avais envie de vous serrer dans mes bras, de prendre une photo avec vous. Vous vous battez tous les jours pour la mémoire de votre fils, c’est tellement beau d’avoir des femmes comme vous dans le monde.
  • Aline : Chère Latifa, Votre venue dans notre collège n’a laissé personne indifférent. Les élèves, les enseignants et tout le personnel de l‘établissement étaient émus chacun à leur façon ; certains l’ont montré, d’autres non.   Pour ma part, votre histoire m’a beaucoup touchée. Mes parents aussi ne sont pas français, ils sont émigrés. Toute notre famille est dans notre pays d’origine, le Portugal. Quand vous avez raconté votre histoire, j’étais très émue et j’ai repensé à ma famille que je ne vois pas souvent ; à vrai dire, je ne les vois que deux fois par an. Avant que vous n’arriviez, nous avons vu un film sur vous et vos enfants. Nous avons vu à quel point vos enfants aimaient Imad.   Vous êtes très courageuse d’avoir fait cela. C’est dur de raconter la mort de quelqu’un, mais c’est encore pire quand il s’agit de son propre enfant. Je ne comprends pas pourquoi les terroristes agissent comme cela. Mais, comme vous l’avez dit, nous ne pouvons pas les juger. Seul le dieu en lequel nous croyons peut le faire. Merci d’être venue nous raconter votre histoire, elle devrait être un exemple dans le monde entier. Vous avez réussi à faire réfléchir toutes les personnes présentes.  Vous êtes un exemple pour nous.

 

Latifa Ibn Ziaten et les élèves du collège : des grands moments d’émotion.

 

  • Hocine. Chère Latifa,   Je me permets de vous envoyer cette lettre car ce que vous nous avez dit nous a tous touchés.   Franchement, je pense que tout le monde, en vous voyant en train de parler de la mort de votre fils, a été touché. Vous êtes une femme courageuse et, en plus de cela, vous vous êtes déplacée pour voir beaucoup de collèges, lycées… Je pense que si vous vous déplacez ainsi, c’est pour rappeler aux jeunes des quartiers qu’ils peuvent réussir dans la vie. Comme vous le dites, s’il y a un mur ou des barrières, il faut les pousser, il ne faut pas abandonner mais toujours croire en ses rêves.   Merci beaucoup Latifa d’être venue dans le collège Louis Armand, vous nous avez fait réfléchir sur notre comportement à la maison et au collège.

 

  • Soraya : Chère Latifa, Vous êtes une femme formidable, forte, avec un charisme incroyable, et surtout courageuse car vous racontez presque tous les jours la mort de votre fils, ça doit être vraiment difficile. Je pense que votre histoire a touché tous mes camarades, y compris moi. Quand vous nous l’avez racontée, on sentait que c’était très douloureux, mais vous avez quand même parlé, même si les larmes coulaient, ce qui est normal. Vous n’avez pas arrêté de raconter votre histoire. Dans votre film, on ressent beaucoup d’émotions, surtout dans la partie où vous avez sorti des photos de vos enfants qui étaient tous ensemble. Même votre famille est courageuse : vos fils, votre fille et votre mari. On voit qu’Imad était le rayon de soleil de votre famille.   Votre fils est mort en héros, il est mort debout comme un vrai homme, il n’a pas écouté le terroriste, il a fait le bon choix, il lui a montré qu’il n’avait pas peur et que, s’il devait mourir, il mourrait en homme. Tout cela pour vous dire de continuer, ne jamais lâcher, ne pas écouter les personnes mauvaises parce qu’elles ne sont pas d’accord avec vous.  Latifa, je vous souhaite tout le bonheur du monde, restez comme vous êtes, forte et courageuse.
  •  Elea : Chère Madame Ibn Ziaten,   Suite à votre intervention au collège Louis Armand, j’ai été très touchée par votre histoire, votre vécu. Votre détermination est sans limite et votre force est incroyable.   Vous êtes une femme épatante et je trouve époustouflant le fait que vous vous soyez mise debout pour créer une association et mener un combat contre le terrorisme.  Vous devez sûrement être fatiguée de parcourir la France entière. Par moment, n’avez-vous pas envie de tout abandonner, de vous reposer ? Aimeriez-vous recevoir l’aide d’autres parents ?    Si tous les parents étaient comme vous, le monde serait bien différent.   Votre courage m’impressionne, votre famille doit être fière de vous avoir. Vous êtes la femme la plus courageuse que j’ai eu la chance de rencontrer.

Les collégiennes de Curie lisent un dialogue sur la laïcité

 

  • Chloé : Chère Madame Latifa Ibn Ziaten, Je m’appelle Chloé. Je suis en troisième au collège Louis Armand. Je suis contente de vous avoir rencontré car votre histoire est très touchante. Je trouve que vous avez beaucoup de courage et que vous êtes forte, j’ai ressenti beaucoup de tristesse et de compassion. Je suis contente de vous avoir rencontrée car vous êtes une femme de principe et de valeur. Vous m’avez ouvert les yeux sur l’importance de la famille.

    J’espère que vous reviendrez à Dreux et j’espère que je vous reverrai un jour.

  • Mélissa : Chère Madame Latifa Ibn Ziaten, Faire votre rencontre m’a vraiment fait du bien. Lorsque je vous ai vue pour la première fois, j’ai été émue car j’avais vraiment hâte de vous rencontrer. Votre histoire m’a profondément touchée et je vous avoue que j’ai beaucoup pleuré. Vous êtes vraiment une femme battante et remarquable. Je vous admire énormément pour votre courage et votre dignité. Je vous assure que je suis heureuse d’avoir fait votre connaissance et lorsque vous avez commencé à parler, j’ai ressenti l’amour que vous éprouvez pour votre cher fils et malgré sa disparition, vous avez su rester digne, vous avez su rester forte. J’ai été sincèrement touchée.  Vous nous avez inculqué beaucoup de valeurs car vous êtes une femme de principes.  Vous avez mis votre vie personnelle de côté pour pouvoir vous battre pour tous les enfants du monde.  Si seulement il y avait plus de personne comme vous ! J’ai vraiment été très honorée de vous rencontrer.  Avant cela, j’étais très impatiente de vous voir ou même de vous parler.

    Votre discours m’a énormément fait réfléchir sur les valeurs de respect et de la tolérance car on est vraiment tous égaux. Je suis sûre que là où est votre fils, il doit être fier de vous tout comme toutes personnes qui croisent votre chemin.

    Chacun d’entre nous a ses problèmes et vous nous avez donné la force de faire face à la difficulté sans baisser la tête et se laisser abattre par nos souffrances. Vous nous avez transmis la persévérance et la sagesse dans la vie.  Il y a forcément des choses compliquées mais nous devons nous refuser de flancher.

    Mme IBN ZIATEN, je ne vous remercierai jamais assez pour ce que vous faites pour nous. Vous avez conquis mon cœur et je vous dis un grand merci car grâce à vous je sais que je vais grandir plus et évoluer.

  • Franck  : Chère Madame Latifa Ibn Ziaten,  la rencontre avec vous m’a fait réfléchir même si je n’ai pas de religion, vous m’avez captivé durant toute la conférence. Votre parcours est émouvant et votre détermination à affronter toutes les épreuves est remarquable. Comme vous l’avez dit « une claque, tu te relèves ; deux claques tu te relèves ».

    L’hommage que vous lui faites est extraordinaire et il est surement fier de vous.

    Vous m’avez donné l’envie de redémarrer ma scolarité avec confiance et de travailler dur.

Latifa Ibn Ziaten félicite Brandon et les auteurs du livre sur la laïcité « Laïcité, j’écrirai ton nom ».

 

  • Rania, Chère Madame Latifa Ibn Ziaten, déjà je vous remercie d’être venue au collège Louis Armand. Votre histoire et votre parcours m’ont beaucoup touchée, vous avez une force incroyable et beaucoup de courage. J’attendais votre venue avec impatience, vous affrontez votre souffrance avec dignité. Latifa IBN ZIATEN, vous faites hommage à votre fils qui doit être fier de vous là-haut. Votre discours fait réfléchir. J’ai appris qu’il ne faut jamais baisser les bras. Quand on veut, on peut et qu’il faut respecter les parents, la famille, les professeurs et vous nous avez appris qu’il faut travailler à l’école et qu’il faut rendre fiers nos parents. Nous étions 132 élèves, tous émus, tous attentifs, et vous nous avez parlés du vivre ensemble que l’on soit noirs, blancs, musulmans, juifs, chrétiens ou athées, nous sommes tous pareils.

    Latifa Ibn Ziaten, vous nous avez appris beaucoup de choses sur la vie. Je me souviendrais pour toujours de vous avoir rencontrée et d’avoir entendu votre discours. Vous êtes une femme incroyable : vous nous avez transmis des valeurs que je partagerai avec mon entourage. Merci beaucoup.

  • Anissa : Je suis contente de vous avoir rencontrée. Vous m’avez vraiment touchée avec votre force incroyable, vous êtes vraiment forte comme femme ! Vous nous avez dit de belles choses ; vous nous avez réveillés. Moi, si j’étais à la place de votre fils, je serai fier de vous parce que nous n’avons pas tous des mamans comme vous. Il doit être vraiment content de vous.  Vous ne lâchez pas rien et c’est ça ce que j’aime bien en vous.

    Vous m’avez fait pleurer. Moi si je perds mon grand-père que j’adore, je serai comme vous, je ne lâcherai pas l’affaire ; vous m’avez réveillée. Je vous donne ma force et mes bisous et merci beaucoup. On vous aime ; nous sommes contents d’avoir pu vous voir à Louis Armand.

  • Mateja : Chère Madame Latifa Ibn Ziaten, La rencontre du 22 janvier 2019 dernier m’a bouleversée car vous voir devant moi me donne envie d’aimer la vie et ne pas faire de choses mauvaises, de respecter les autres et les parents. Ce jour-là était le plus important, vous êtes beaucoup demandée et nous avons eu la chance de vous avoir.

    Votre message m’a beaucoup touché, cela m’a donné beaucoup d’affections pour mes parents, je vais transmettre votre message à mes enfants et à mes neveux.

  • Barran : Ça a été un grand plaisir de vous rencontrer car vous voir combattre après la mort de votre fils m’a vraiment touché. Votre discours m’a rendu d’un côté triste pour votre fils qui a été assassiné par un terroriste et m’a donné beaucoup de courage pour les épreuves suivantes de la vie car  vous m’avez fait comprendre qu’il ne faut rien lâcher, que la vie n’est pas qu‘un cycle simple. La vie a toute sorte d’épreuves ; donc il faut tous les affronter et ne pas rendre le mal par le mal à une personne. Le mal ne mène à rien.

    Pendant que nous avons regardé votre documentaire à un moment ça m’a ému, j’ai voulu lâcher des larmes et pleurer mais je me suis retenu parce que ce que vous avez dit m’a remonté le moral. J’étais impatient de vous rencontrer dans la salle avec les autres. Et nous vous remercions d’être venu nous voir. Je ne vous oublierai pas.

  • Alicia : Je vous écris cette lettre pour vous dire ce que la rencontre m’a appris. J’étais touchée par votre histoire et ça m’a permis de réfléchir sur les valeurs de la vie et les leçons de la vie.

    Vous êtes une femme courageuse et forte. Vous avez su vous relever et raconter votre histoire à des jeunes et des adultes. Ça doit être compliqué. Vous êtes un exemple à suivre. Bonne continuation. Au revoir.

  • Douaa : Franchement, j’ai été heureuse de vous rencontrer et même impatiente de vous voir. Votre histoire m’a beaucoup touchée en expliquant la mort de votre fils pour lui rendre hommage. Vous avez créé votre propre association. Vous êtes une femme forte car vous répondez à toutes les questions, même si certaines étaient trop personnelles.

    Ce que j’ai retenu d’une part, c’est que cela m’a motivée encore de travailler plus et d’autre part, donné plus envie de rendre fiers mes parents, ma famille et moi-même. Quand j’ai regardé votre reportage, ça m’a beaucoup touchée. Restez comme vous êtes et conseillez les jeunes.

    Les élèves complètement sous le charme des paroles calmes et tranquilles de Latifa

  • Assia : J’étais heureuse et impatiente de vous rencontrer car je trouve que vous êtes une femme pleine de courage et de dignité.

    Quand je vous ai entendue parler de votre triste histoire, j’ai été très émue car perdre un proche est très difficile mais vous avez affronté cette difficulté la tête haute et ça, c’est très héroïque. En rentrant chez moi, je n’ai pensé qu’à ce que vous avez dit.  J’avoue que pendant toute votre conférence, il y avait quelques larmes qui se sont versées car mes parents m’ont beaucoup parler de vous mais vous voyant en vrai, ça m’a beaucoup touchée car pour moi vous êtes une vraie héroïne. Je ne vous souhaite que du bonheur.

  •  Romain. Je suis extrêmement triste de ne pas avoir pu vous rencontrer. Malheureusement, j’étais à l’hôpital car j’ai beaucoup de difficultés. J’ai eu des échos en classe de votre conférence, j’ai été ému par la force dont vous avez su surmonter la mort d’un proche, c’est très compliqué, courage ça va aller.J’ai retenu que vous avez aidé des jeunes à sortir de l’enfer dans lequel ils vivaient. Vous leur avez redonné confiance et ça c’est magnifique comme mentalité. Vous m’avez donné la volonté de sortir des difficultés dans lesquelles je suis depuis ma naissance.
  • Shanna : J’ai vraiment été touchée par votre histoire : vous êtes une femme forte. Vous avez vécu beaucoup de choses compliquées et vous arrivez encore à avoir le sourire. Vous êtes un exemple pour moi.  Cette association fait vraiment réfléchir beaucoup de jeunes. Vous êtes vraiment touchante. Même qu’à chaque fois je me rappelle, j’ai les larmes aux yeux. Vous avoir rencontrée et parler par message avec vous m’a tellement fait plaisir.

J’ai beaucoup réfléchi et même si je suis une fille de quartier, je compte vraiment réussir dans               ma vie. Aider mes parents serait ma priorité. Au début, je pensais qu’à me marier et                   fonder une               famille mais vous m’avez fait beaucoup réfléchir et je vous en remercie vraiment.  Vous nous                   avez aussi fait comprendre que la violence ne servait à rien                vraiment. Avoir de la haine ne sert à             rien. Affectueusement

  • Devrim :Cette rencontre avec vous était extraordinaire. Dès que je vous ai vue, j’ai senti le bien que vous apportez aux gens.J’étais très heureuse de vous rencontrer vous avez l’air de tellement bien que j’étais impressionnée.
  •  Amine : Je vous remercie de vous être déplacée jusqu’ici bénévolement car nous avions vu peu des personnes comme vous et surtout ne baissez pas les bras car vous êtes une personne très courageuse et vous êtes une battante. Ne baissez surtout pas les bras car ce que vous faites est géniale. Votre histoire m’a vraiment touchée car même si votre fils est mort, vous n’avez pas baissez les bras, vous vous êtes battus vous et votre famille. Grace à votre association pour ne pas l’oublier et vous avez touchez beaucoup de personnes pendant cette rencontre.Grace à cette rencontre, ça m’a aidé à réfléchir et je pense que je ne suis pas le seul.  Grace à vous je crois en mes rêves quand je serais plus grand et comme vous l’avez dit :  ‘’il ne faut pas aller trop vite’’. Mes parents m’ont dit que vous êtes en or et que vous êtes un exemple à suivre.

,

By



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *