L'actu des quartiers

Coupe du Monde : Les Oriels vibrent en bleu blanc rouge

17 Juil , 2018  

La plupart n’étaient pas nés en 1998. Mais, la victoire les Bleus en 2018 les fait rêver. Les Oriels à l’unisson avec toute la France pour fêter la coupe du Monde.

 

Pas de fan-zone à Dreux, dimanche 15 juillet 2018, pour suivre le match des Bleus contre les Croates. La faute à deux cents personnes qui ont fait dégénérer la soirée de la demie-finale, à Chartres. Pour une fois, les Drouais n’y sont pour rien. Ouf !

Pas de fan-zone mais toute une population qui ne veut pas manquer la fête. Beaucoup sont partis sur Paris pour vivre la coupe du monde sur le Champ de Mars. Mais, pas tous. Dans les cités populaires de Dreux, on a suivi le match à la maison, en famille, dans les bars, avec des copains, entre voisins.

Et, au quatrième but des Bleus, c’est l’explosion de joie. Aux Oriels, klaxons et parade improvisée sur le camion de dépannage d’un garagiste ! Sans doute pas très réglementaire selon le Code de la route. Mais, les Bleus qui remportent la coupe du Monde, c’est pas tous les jours.

« Il a suffit d’un but de M’bappé pour rallumer la flamme »

La plupart des jeunes qui ambiancent la rue et les plateaux ce dimanche soir-là n’ont pas connu l’euphorie de l’été 1998. Tout juste s’ils ont entendu parler de ce black-blanc-beur qui avait soulevé tant d’espérance chez leurs aînés et leurs parents.

Depuis, le slogan a pris des rides. Il a plutôt mal vieilli à force d’attentats, de repli sur soi, de vote en faveur de l’extrême droite, de méfiance réciproque. Mais, le vrai fond des cités populaires ne demande qu’à renaître. Ce fond qui permet à des adolescents à la peau brune, noire ou blanche, de brandir le drapeau tricolore, dans un même élan. De se sentir pleinement Français, d’en être fiers. Il a suffit d’un quatrième but marqué par Killian M’bappé, le petit voisin de Bondy, pour que l’étincelle rallume la flamme.

A nous maintenant de l’entretenir pour qu’elle ne meurt pas sous les cendres des peurs et des radicalismes de tout bord.

Mimoun Ennebati, président de l’association Alif et habitant des Oriels.

By


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *