Cri d'alarme

« Un migrant sur deux est un enfant « 

1 Déc , 2017  

Les élèves de la 4e C et de la 4e D du collège Louis-Armand travaillent depuis le début de l’année scolaire 2017 sur le sujet des migrants. Les collégiens se penchent sur la presse, découvre les images de ces hommes, femmes et enfants jetés sur les routes du monde à travers le film « Welcom ». Une exposition d’Amnesty-International est affichée dans leur classe. Ils racontent…

Les migrants ont souvent des conditions difficiles en Europe (Photo La Montagne)

 

Dans le film « Welcome », Philippe Lioret raconte l’histoire de Bilal, un jeune migrant d’origine Kurde, qui décide de traverser la Manche à la nage pour aller en Angleterre. Mais, alors qu’il est proche des côtes anglaises, le jeune migrant meurt noyé en essayant d’échapper aux garde-côtes qui l’avaient repéré.

« Ce film est très émouvant. Il nous fait réfléchir : Bilal n’était qu’un jeune de 17 ans qui rêvait d’aller en Angleterre pour se créer un avenir meilleur ! Ce film est une fiction mais il s’inspire de la réalité. »
« En Europe ils sont victimes d’autres violences… »
Avec le film mais aussi à travers les articles lus dans la presse et les témoignages des militants d’Amnesty-International, les élèves découvrent que les migrants risquent leur vie pour rejoindre l’Europe.  Ils fuient la violence de leur pays, la guerre, la torture… « Mais, en Europe, ils sont victimes d’autres formes de violences et survivent dans le froid, sans hygiène et avec la faim au ventre. Heureusement, des associations sont là pour les aider ».
Le collège a accueilli pendant un mois des affiches de la campagne « I welcome » d’Amnesty International et les élèves ont eu l’occasion de s’entretenir avec les bénévoles d’Amnesty-International.  L’occasion pour les deux classes de 4e de découvrir que la majorité des migrants ne vont pas en Europe. « Ils arrivent dans des pays proches du leur :  le Liban, la Turquie, le Pakistan, l’Ethiopie, le Tchad… « 
« Comment ne pas réagir face à un tel drame humain »
Le travail des collégiens continue. Ils vont écrire des poèmes, des slams qui seront mis en voix avec la professeure de musique du collège.
« Ce projet nous touche car il y a beaucoup de morts chaque année en Méditerranée et un migrant sur deux est un enfant. « 
Parfois l’incompréhension s’empare de la classe : « comment peut-on ne pas réagir face à un tel drame humain ? »
Oumar, Emmanuel et Bryan de la classe média du collège Louis-Armand

, ,

By



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *