L'actu du collège

Rencontre avec le créateur du festival Regards d’Ailleurs

5 Avr , 2017  

Une centaine d’élèves du collège ont été au Ciné-Centre pour voir le film Couleur de peau : miel de Jung.   Les élèves de la rédaction du collège Louis-Armand ont eu la chance d’interviewer le directeur du Festival Regards d’ailleurs juste après la séance. Thierry Méranger explique l’origine et le fonctionnement de cette action culturelle.

 

Le Festival Regards d’ailleurs a été créé, il y a quinze ans,  par Thierry Méranger, professeur au lycée Rotrou, responsable de l’option cinéma. Il est maintenant géré par l’association « Fenêtre sur films ». A l’origine, ce festival devait permettre de montrer du vrai cinéma aux élèves d e l’option cinéma.

Thierry Méranger, le créateur du festival, en parle à la sortie du film Couleur de peau : Miel.

Ce Festival permet aussi de donner une autre image de la ville en plus d’une ouverture culturelle car chaque année, un pays est à l’honneur. Cette année, le public est invité à découvrir le cinéma coréen.

« Cela permet d’accueillir des invités différents chaque année : des réalisateurs, des comédiens… Il y a une alternance entre les pays proches, plutôt européens, et les pays lointains, pour des raisons de budget. « 

Cette action est financée grâce aux collectivités territoriales comme la Ville ou la Région et des sponsors. Cette année, par exemple, le festival est soutenu par Kia, Corée oblige.

Les films sont diffusées partout dans la ville : au cinéma, au théâtre, à la médiathèque, au lycée Rotrou… mais aussi dans les villages de l’agglomération (Garnay…). Le programme est très large pour toucher tous les publics : cinq séances ont été réservées aux classes de collège et lycée, une douzaine pour les écoles de l’élémentaire. La très grande majorité des projections sont gratuites notamment toutes celles pour les scolaires.

Le Festival s’est développé au fil des années :

« il accueille des milliers de spectateurs, aussi bien les scolaires que les adultes. Il y a des séances particulières pour les jeunes mais l’idéal, ce sont les séances mixtes quand toutes les générations sont présentes pour voir un film. »

Au coeur du Ciné-Centre, on parle cinéma coréen avec Thierry Méranger

Cet événement permet de mettre en avant des vieux films qu’on n’a pas l’habitude de voir au cinéma. L’objectif est de sélectionner des films qui sont représentatifs de ce qui est dans le pays.

« Par exemple, en Corée, on voit bien que le fil rouge entre la majorité des films est la question de l’adoption car des milliers de Coréens ont été déracinés et adoptés à l’étranger. »

Le festival dure quatre semaines :

« c’est un des plus longs festivals de France. Plusieurs activités sont organisées en plus des projections de films : il y a une exposition sur la Corée, des repas, des concerts… Le festival est fier de comptabiliser plus de 8000 entrées : c’est un chiffre important pour une petite ville comme Dreux. »

L’idée est d’offrir une période de cinéma intense pour une somme modique au plus grand nombre de spectateurs, qu’ils soient cinéphiles avertis ou non.

 

Lila G. & Assia B. (5ème)

, ,

By



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *