Les mots pour le dire

Alain Bujak raconte la guerre d’Abdesslem aux collégiens drouais

24 Juin , 2016  

Les élèves des collèges Louis-Armand et Pierre-et-Marie-Curie ont eu la chance de rencontrer l’écrivain Alain Bujak, auteur de la BD « Le tirailleur ». Il raconte dans son livre l’histoire d’Abdesslem, ancien combattant marocain issu des colonies.
La France en guerre a eu besoin de soldats supplémentaires et elle en a pris dans les colonies françaises comme le Maroc, le Sénégal… Lui a fait la Seconde Guerre mondiale ainsi que la guerre d’Indochine. Il a combattu pour la France, il a donné pour elle une partie de sa jeunesse. Mais il a touché bien peu en retour. Pendant la guerre, les combattants qui n’obéissent pas sont souvent fusillés.

Rencontre avec Alain Bujak, photographe et auteur de la BD Le Tirailleur

Rencontre avec Alain Bujak, photographe et auteur de la BD Le Tirailleur

« Toutes les guerres sont dures, celle d’Indochine est une vraie saloperie »
Selon Abdesslem, « Toutes les guerres sont dures, mais celle d’Indochine est une vraie saloperie. » Il a commencé à faire la guerre alors qu’il n’avait que 14-16 ans. Il a quitté très jeune son pays et n’a pas pu retourner y vivre car pour toucher sa retraite d’ancien combattant, il devait rester 9 mois par an en France.

Abdesslem parlait plutôt bien français. A force d’aller le voir, Alain Bujak et lui sont devenus amis. L’écrivain est allé le voir régulièrement pendant un an pour écrire son livre ; il a même été au Maroc rencontrer ses proches en 2011.

Ecrire cette bande dessinée lui a pris beaucoup de temps : il est même allé aux archives photos de l’armée française. Le dessinateur du livre, Piero Macola, a été choisi par l’éditeur. Il a voulu faire une BD plutôt qu’un roman pour toucher toutes les générations et surtout les plus jeunes et que son livre ne soit pas rébarbatif.

Alain Bujak a écrit ce livre seul. Une fois le livre édité, que de bonnes surprises ! Il a gagné le prix littéraire des lycées de la région Provence Alpes Côtes-d’Azur et il est même passé en direct au journal de 13 heures de TV5Monde.

L’éditeur Futuropolis l’a contacté et il a été appelé à faire d’autres livres. En ce moment, il travaille sur un récit graphique sur la disparition d’un camp de gitans. Le métier d’écrivain est un métier difficile, c’est un travail de passion. C’est une véritable vocation car tout petit, il aimait déjà lire et raconter des histoires.

Les élèves de 3e du collège Louis-Armand

, , , , , ,

By



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *